Bureau, collège, maison : comment lutter contre les injustices quotidiennes ?

Une victoire chaque jour
23/06/2021

Bureau, collège, maison : comment lutter contre les injustices quotidiennes ? 

Dans les transports, à l’école, au bureau ou en ligne, nous pouvons tous changer la société au quotidien. Voici des idées concrètes pour apprendre à reconnaître les situations d’injustice, et y remédier.

#1 Au bureau, aider un collègue en surmenage

Apprenons à reconnaître un collègue en surmenage (stress, vide émotionnel, déconnexion ou simple mal de dos). Puis, allons lui parler, lui proposer de l’aide ou simplement lui changer les idées autour d’un café, ou d’une courte marche en plein air.

Le saviez-vous ? 36% des Français ont déjà fait « burn-out », qui se caractérise notamment par une baisse de l’appétit, un mauvais sommeil ou un sentiment d'inutilité.

#2 À l’école, écouter un camarade isolé

Au collège ou au lycée, apprenez à vos enfants à reconnaître un camarade isolé, en situation de handicap ou victime de discrimination. Encouragez-les à leur parler, et surtout à les écouter. Selon une étude de l’OCDE menée en 2013 sur des élèves âgés de 15 ans dans les 34 pays, la France était le pays européen le plus affecté par le déterminisme social. Point important de l'étude, internationale, cette inégalité entraîne une dégradation du niveau de tous les élèves, y compris des meilleurs.

Le saviez-vous ? En France, le poids de l’origine sociale sur les performances des élèves de 15 ans a augmenté de 33 % depuis 2002.

#3 Dans les transports, réagir en premier

Jusqu'à 55% des femmes en Europe ont déjà été victime d’au moins une aggression à caractère sexuel depuis leur 16 ans. Si vous êtes témoin d'une agression, utiliser le numéro d’urgence des transports, ou tirer la sonnette d'alarme pour faire arrêter le train ou le métro.

Le saviez-vous ? Selon Franceinfo en 2015, 100% des femmes sont victimes de harcèlement sexiste ou d'agression sexuelle dans les transports en commun au cours de leur vie.

#4 Entre amis, préserver le dialogue

En cas de propos déplacés ou racistes, Amnesty International conseille d’expliquer à un ami en quoi ces propos vous heurtent et ce qu'ils vous font ressentir. Une autre technique consiste à demander à un ami d'approfondir son point de vue pour ne pas entrer en confrontation, mais chercher au contraire plus de dialogue. Enfin, garder un ton calme pour apaiser le débat, et faire preuve de compréhension permettrait de l’amener à faire preuve d’empathie.

Des bonnes nouvelles pour le congé paternité !

Les papas ou co-parents aussi ont droit à leur moment privilégié avec leur enfant. Et repenser la durée du congé paternité représente déjà, pour les hommes comme pour les femmes, un premier pas vers la parité, et ça n’est que le début !

Le congé paternité, où en est-on en France ?

À titre comparatif, faisons tout d’abord un rapide rappel du congé maternité en France ! Il existe depuis 1946 pour permettre aux mamans d’arrêter de travailler avant et après l’accouchement. Depuis 1980, le congé maternité dure 16 semaines, dont 6 de congé prénatal et 10 de congé postnatal. Pendant tout son congé, qu’elle soit salariée ou travailleuse indépendante, du secteur privé ou public, la maman touche une indemnité à 100 % de son salaire versée par sa caisse d’assurance maladie.

Mais pour les papas, nous n’en sommes pas encore là ! Jusqu’alors, ils ne disposaient que d’un congé de naissance de 3 jours suivant l’accouchement puis d’un congé paternité de 11 jours calendaires consécutifs pour profiter de leur enfant. Ce congé peut être entamé n’importe quand durant les 4 mois qui suivent la naissance. Bien loin de faire le poids face au congé maternité ! Mais il y a du progrès dans l’air. Saviez-vous que depuis le 1er juillet, une nouvelle loi allonge le congé paternité pour les salariés jusqu’à 25 jours ? Et oui, il comprend même 7 jours d’arrêt obligatoires ! Vous pouvez aussi vous renseigner sur le site Ameli

Pour les travailleurs indépendants, le congé paternité est toujours compris entre 11 et 18 jours. Il reste encore du chemin à faire pour arriver à une parfaite parité, mais soulignons qu’il s’agit tout de même d’un bon début.

Notre voisine scandinave, la Suède, a quant à elle le modèle européen le plus généreux et équitable en proposant jusqu’à 16 mois de congés indemnisés pour les deux parents, dont 60 jours obligatoires pour chacun d’eux.

Le saviez-vous ?

  • La Suède est le premier pays en Europe à avoir instauré un congé tant pour les mamans que pour les papas en 1974 !
  • En Finlande, dès l’automne 2021, les papas auront aussi le droit, comme les mamans, à 7 mois de congés indemnisés après la naissance de leur enfant. Ils n’en disposent que de 2 pour le moment contre 4 pour les mamans.
  • Il existe aussi une loi en Europe qui permet de donner un congé parental supplémentaire de 4 mois à chacun des parents. Même s’il est moins bien rémunéré que les congés maternité et paternité, il laisse plus de temps aux parents pour s’occuper de leur bout de choux en bas âge, et ça, ça n’a pas de prix !

Et d’ici l’été 2022, tous les membres de l’Union Européenne devront mettre en place un congé paternité d’au moins 10 jours !

Et dans le monde ?

La situation est très disparate ! Et oui, tous les pays ne sont pas encore logés à la même enseigne : par exemple, les États-Unis ou même l’Allemagne ne disposent d’aucune politique en matière de congé maternité ou paternité. Alors que la Corée du Sud a le système de congé paternité le plus généreux au monde avec 53 semaines pour les papas ! La raison ? Le pays veut enrayer le déclin de son taux de fécondité.

Le congé paternité, un pas vers la parité

Normaliser le congé paternité, le reconnaître et l’allonger petit à petit a beaucoup plus de bienfaits qu’on ne le croit !

  • Prendre un congé paternité incite les hommes à assumer de manière plus équitable leurs responsabilités familiales. Les femmes ont une épaule sur laquelle s’appuyer davantage !

Le saviez-vous ? En France, seulement 7 pères sur 10 utilisent leur droit au congé paternité.

  • C’est un moyen efficace de réduire progressivement les inégalités salariales entre hommes et femmes. Ce droit à un congé pour la naissance d’un enfant est toujours considéré comme fondamental pour les mamans, mais pas pour les papas. Espérons que dans un futur proche, la marche entamée se poursuive pour que les femmes ne soient plus systématiquement les seules à s’arrêter de travailler pour prendre un congé !

Le saviez-vous ? Selon l’OCDE, seuls 4% des papas demandent un congé lorsqu’il est payé un tiers du SMIC.

  • Cela permet de briser petit à petit les stéréotypes de genres profondément ancrés dans nos sociétés : et oui, il n’y a pas que les femmes qui savent et doivent s’occuper d’un  bébé !
  • Cela permet de créer du lien entre le parent et l’enfant. Et pour son équilibre, c’est plus que bénéfique !

#5 Sur les réseaux sociaux, alerter

Escroquerie, incitation à la haine, propos racistes ou xénophobes doivent toujours faire l’objet d’un signalement. Quant aux situations nécessitant un secours d'urgence immédiat, elles doivent être signalées aux services de secours depuis votre téléphone. Sur Facebook, pour 10 000 visionnages de contenus de tout type dans le monde entier entre juillet et septembre 2020, ce sont entre 10 et 11 contenus qui ont été considérés après coup comme haineux (racisme, sexisme, antisémitisme, etc.).

Le saviez-vous ? Depuis 2009, les internautes français peuvent signaler les messages et contenus illicites sur la plate-forme française PHAROS.

Dans les transports, au bureau, à l’école ou entre amis : voici quelques réflexes simples à adopter pour faire la différence au quotidien.

Vous souhaitez plus de solutions concrètes ? Voici les secteurs où vous pouvez avoir un impact facilement !

  • Planète
  • Solidarité
  • Egalité & Inclusion